Comment sont confectionnés les marrons glacés?

marron glacé

Marseille est réputée dans le monde entier pour son équipe de football et sa Cannebière. C’est aussi le cas des calanques qui l’entourent. Mais la cité phocéenne est aussi connue pour ses spécialités culinaires. Il s’agit notamment de la bouillabaisse, de la soupe au Pistou, de la daube provençale, etc. Il est vrai que le marron glacé n’est pas proprement une douceur fabriquée à Marseille. Cependant, il est possible de le déguster dans cette ville.

Marron glacé : origine

Jusqu’à aujourd’hui encore, il existe 2 grandes théories qui s’affrontent en ce qui concerne l’origine du marron glacé. D’un côté, les Français soulignent que c’est à l’époque de Louis XIV que le premier marron glacé est apparu. De l’autre côté, les Italiens prétendent qu’il a été inventé au 16e siècle à Coni, en Italie ! En tout cas, les marrons glacés à Marseille font le plaisir des papilles de tous. Qu’il s’agisse des habitants de la ville ou des vacanciers de passage. Certes, il s’agit d’une confiserie traditionnelle de l’Hexagone et son succès n’est pas près de s’éteindre.

Préparation du marron glacé : l’épluchage

Pour rappel, il existe différentes façons de préparer les marrons glacés à Marseille. Mais en général, leur préparation passe par 3 grandes étapes principales. Tout d’abord, il y a l’épluchage où les marrons vont passer dans un cylindre pour les calibrer. Ensuite, le professionnel les immerge dans l’eau durant 8 jours. Cela assure leur conservation pendant 6 semaines où ils perdent peu à peu leur humidité. De cette manière, l’amande va se rétracter afin de faciliter le décollement de la seconde peau adhérente. C’est alors que l’épluchage proprement dit commence. Il se fait par diverses incisions au niveau de l’écorce avant de passer pendant plusieurs minutes à la vapeur. Si le spécialiste constate que certains marrons sont récalcitrants, il les écarte du processus. Il utilise alors un couteau pointu dans le but d’ôter les dernières peaux qui se seraient incrustées dans les nervures.

L’émaillotage et le confisage

Vient alors la seconde étape qui est l’émaillotage et le confisage. Dans un premier temps, le confiseur emmaillote les marrons 2 à 2 à l’intérieur d’une voile de tulle. Le but de l’opération est d’éviter qu’ils ne puissent se briser durant la cuisson et le confisage. Il faut souligner que la texture finale et le goût dépendent beaucoup du serrage. C’est pourquoi dans le processus de fabrication de marrons glacés à Marseille, le confiseur élimine les marrons :

  • Altérés
  • Ou brisés.

Le confisage

Pour ce qui est du confisage, les marrons sont cuits à l’eau pour les protéger. Ensuite, le confiseur les plonge dans un sirop de sucre. Ce dernier va pénétrer petit à petit jusqu’au cœur du fruit, soit jusqu’à 48 heures au minimum. Durant toute cette phase, le sirop contient des fagots de gousses de vanille qui vont y diffuser leur arôme. Il est important de respecter la concentration du sucre qui ne doit pas être excessive. Sinon, la saveur du marron risque d’être occultée. Il faut alors laisser au repos pendant 1 semaine au moins afin de parfaire les équilibres. Enfin, le confiseur glace les marrons avec une couche fine de sirop au sucre glace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *